Urushiol

Les personnes allergiques

En Amérique du Nord, on estime que 80% de la population est sensible à l’herbe à la puce et à ses plantes cousines (bois d’enfer, sumac de l’ouest et de l’est). Le degré de sensibilité peut varier considérablement au cours de la vie d’une personne et d’une personne à l’autre. Par exemple, les enfants sont souvent plus sensibles que les adultes et les gens ayant une peau plus épaisse et une forte pilosité ont des réactions moins fortes.

• 80% de la population est sensible à l’urushiol

• 25% de la population réagit très fortement à l’urushiol

• 15% à 30% de la population n’est pas allergique à l’urushiol


Les personnes non allergiques (les chanceux)

Parce que l’urushiol est contenue dans un vernis largement utilisé en Asie, les asiatiques ne sont pas concernés par cette allergie . Les gens de ces régions sont exposés à l’urushiol depuis des siècles et des millénaires, de sorte que leurs corps se sont habitués à cette substance. Les amérindiens, qui sont originaires de l’Asie, ne sont également pas allergiques à l’urushiol. Les Blancs de l’Amérique du Nord sont exposés à l’urushiol depuis seulement 1 à 3 siècles. Apparemment, ce n’est pas assez. Le métissage entre différents peuples peut augmenter ou diminuer la réaction allergique d’une personne à l’urushiol.

Environ 15% à 30% de la population en Amérique du Nord n’est pas allergique à l’urushiol, mais il n’y a aucune garantie qu’une telle personne demeure toujours insensible. Les gens peuvent développer une allergie après l’exposition à ces plantes. Des expositions répétées à l’urushiol peut rendre une personne de plus en plus sensible. Ainsi, si une personne est citadine depuis sa naissance et déménage à la campagne, elle peut lentement développer une allergie en s’exposant à plusieurs reprises à l’urushiol.

Réaction très vive à l'herbe à la puce avec rougeurs et cloques. Photo : Etereve

Réaction très vive à l’ avec rougeurs et cloques. Photo : Etereve


Urushiol

L’élément irritant de l’herbe à la puce est l’urushiol qui est présent dans la sève de cette plante. Le nom vient du mot japonais urushi, qui désigne un vernis produit à partir de la sève d’un arbre. Ainsi, toutes les parties de l’herbe à la puce sont toxiques au touché : feuilles, tiges, racines et fruits. L’urushiol est un allergène très puissant qui pénètre les cellules de la peau en moins de 5 minutes. C’est un composé stable qui ne s’évapore pas et sa toxicité peut persister pendant plusieurs mois sur des plants morts et sur des objets qui ont été contaminés.


Divers contacts avec l’urushiol

La sève est libérée de la plante lorsqu’elle est abîmée et les feuilles, plus fragiles, sont les plus susceptibles de nous empoisonner. En ce sens, le contact avec une plante intacte ne produira aucune réaction.

Les animaux ne réagissent pas à l’urushiol mais une personne sensible sera empoisonnée si elle flatte un animal qui a marché dans l’herbe à la puce. Il s’agit ici d’un contact indirect. L’urushiol peut aussi nous atteindre par voie aérienne si les plantes sont brûlées dans un feu ou broyées et projetées par une tondeuse à gazon ou un coupe bordure. Personnellement, lorsque j’ai arrêté de tondre le gazon chez mes parents, mes réactions à l’herbe à la puce ont nettement diminué.


Vidéos sur l’urushiol





Ressources sur l’urushiol

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *